Liberté Égalité Fraternité en vente sur notre site

Nous avons reçu les livres de l’imprimeur. Il est carré, il est beau et les haïkus que nous avons sélectionnés nous ravissent.
Si vous ne souhaitez pas attendre le 10 mai pour l’acheter chez votre libraire, vous pouvez l’acquérir sur notre site en cliquant ici.

Grace à ce lien, vous pouvez aussi découvrir les noms de tous les haïjins dont on a retenu les haïkus. Nommer tous les contributeurs nous aurait pris quelques pages.

Merci à tous ceux qui nous ont accompagnés dans ce projet.

LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE-300X300

« Mojado » en librairie

Vous pouvez aller le chercher chez votre libraire ou mieux, le commander sur notre site. Nous vous l’expédierons dans la journée et les droits d’auteur sont doublés. Merci d’avance.
Les Blogueurs qui ont déjà reçu le livre l’on plébiscité :
« Un beau roman, puissant… Un texte qui résonne comme un témoignage indispensable et nécessaire. »
« Dominique Falkner nous offre un récit singulier et engagé à la fois fort et poignant. »
« Avec ce roman de Dominique Falkner, les éditions Envolume publient de nouveau un excellent ouvrage ! »
Mojado-DominiqueFalkner-Envolume

Des dédicaces sur le salon Livre Paris

Nous serons présent au Salon sur le stand P68 de l’Ile de France.
Des séances de dédicaces pour rencontrer vos auteurs :
Vendredi 24 à 18h00 et samedi 25 à 17h00 : Dominique Falkner pour Mojado en avant première avant la sortie du livre le 10 avril.
Samedi 25 à 14h30 : Habashli Kunzeï pour Petites pièces d’amour (première dédicace de l’auteur).
Samedi 25 à 18h00 et dimanche à 14h00: Godofredo dédicacera la seconde édition que nous venons de faire paraître de Amours exilées.
Dimanche à 16h30 : Joseph Agostini dédicacera Dalida sur le divan.

Godfredo sera présent à une table ronde sur le thème « L’écriture et l’exil » le vendredi à 15h00 sur le stand du Brésil.
Vous pourrez rencontrer Domício PROENÇA Filho sur le stand du Brésil le vendredi à 14h00 sur le stand du CNL le samedi à 12h45.

Merci A Cultur’Elle pour sa chronique sur Petites pièces d’amour

« Les sens s’invitent, c’est une véritable fête : les couleurs, les odeurs, les goûts, la douceur d’une peau, une robe qui s’ouvre, un sexe qui se dresse, le son d’une voix. Celle d’un homme, celle d’une femme : cela peut faire penser au Cantique des Cantiques. C’est, en tout cas, une très belle célébration de la jouissance et de l’amour, tantôt subtile, tantôt plus crue, toujours sensuelle !

Une très belle surprise que ce petit recueil, à s’offrir ou, pourquoi pas, à offrir : c’est bientôt Noël ! »
Cultur’Elle

Petites pièces d'amour

Des critiques élogieuses sur Babelio pour « Petites pièces d’amour »

Ce recueil de haïkus est un cadeau très tendre pour la Saint-Valentin.
Une nouvelle critique de la part de :
https://calameheros.wordpress.com/
« Une caresse de mots, des phrases ondulantes susurrées entre deux étreintes, la poésie se fait instantanée, infusion de sens, d’émotions. Elle s’immisce dans l’intimité, dans la tête, dans le corps, invitant sournoisement à une double jouissance. Habashli Kunzeï retrace les émois, les interrogations, les premiers désirs. Ces bourgeons d’amour, d’ardeur qui fleurissent dans la tête, dans la chair.
Nos regards »
http://www.babelio.com/livres/Kunzei-Petites-pieces-damour-haikus-tendres-et-erotiques/808082/critiques

joseph-agostini-300x300

C’est aujourd’hui que le livre de Joseph Agostini sort en librairie.

C’est ce vendredi 20 janvier à Les mots à la bouche, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie à Paris (75004) que nous nous retrouvons pour un lancement, une dédicace, et une soirée de partage autours d’un verre.

visuel-dp-dalida

Des photos inédites de Dalida

Dalida sur le divan de Joseph Agostini
Qu’aurait-il pensé, Freud, de la beauté indéchiffrable, du timbre de voix à la fois masculin et féminin de Iolanda Cristina Gigliotti ? Qu’aurait-il vu, lui qui consacra sa vie au décryptage de l’inconscient derrière nos paroles et nos actes les plus anodins, entre les lignes de la vie de Dalida, elle dont les chansons n’en finissent pas de dévoiler une tragédie à l’épreuve du manque et une soif perpétuelle d’absolu ?

dalida-henri-gratadoux-envolume

webdesigner freelance