Dalida sur le divan de Joseph Agostini
En librairie le 17 janvier 2017
160 pages
Format 14X21 – Broché
Prix : 16,90€
ISBN : 978-2-37114-042-4

Vous pouvez acheter dès maintenant
le livre. Il vous sera envoyé par La Poste, le jour de votre commande. Merci d’avance.

(livraison gratuite)

 

Nous avons décidé de doubler les droits d’auteurs pour tout achat dans notre boutique, nos marges bénéficiaires étant plus importantes lorsque vous achetez un ouvrage dans notre librairie en ligne.
Merci pour eux et pour nous.

Vos achats sont réalisés grâce à Paypal, mais vous n’êtes pas obligés de vous identifier pour acheter dans notre boutique sécurisée.

Résumé

« Chaque être a le livre de sa vie. Un jour, il faut l’ouvrir et regarder dedans. Le voyage le plus merveilleux, ce n’est pas celui que l’Homme fait en allant à la Lune. C’est le voyage intérieur » dit Dalida à Denise Glaser, en 1972.
Quinze ans plus tard, elle mettait fin à ses jours en laissant un dernier mot sur sa table de chevet : « La vie m’est insupportable. Pardonnez‑moi ».
Dans cet ouvrage, le psychanalyste Joseph Agostini se penche sur la carrière et la vie de Dalida à travers la dimension inconsciente qui régit les existences humaines. Une réflexion inédite sur le destin de cette chanteuse populaire qui a toujours été captivée par les forces de l’esprit. Le premier essai psychanalytique sur Dalida.

Photographies inédites de Henri Gratadoux

La presse en parle
France 3 Corse le 10 janvier
La dépêche
Le Progrès
L’Express
Le Parisien
RTBF
Têtu
RTL
DHnet
Purpeople
Skyrock
Culture box
Very-friendly
Larep
Bien public
www.artistikrezo.com
La Croix

L’interview de Joseph Agostini sur France Bleue
france-bleue


video1
Dalida et les hommes : interview de Joseph Agostini

video2L’icône Dalida : interview de Joseph Agostini

video3
Mourir en pleine lucidité : interview de Joseph Agostini

 

Extrait

Qu’aurait-il pensé, Freud, de la beauté indéchiffrable, du timbre de voix à la fois masculin et féminin de Iolanda Cristina Gigliotti ? Qu’aurait-il vu, lui qui consacra sa vie au décryptage de l’inconscient derrière nos paroles et nos actes les plus anodins, entre les lignes de la vie de Dalida, elle dont les chansons n’en finissent pas de dévoiler une vie à l’épreuve du manque et une soif perpétuelle d’absolu ?

« Qu’ont en commun Freud, l’inventeur de la psychanalyse et Dalida, la chanteuse italienne d’origine égyptienne ? A priori, pas grand-chose. Le premier est mort quand la deuxième n’avait que six ans, en 1939. Il a laissé derrière lui des textes devenus indispensables, pour beaucoup d’entre nous, à la compréhension de l’âme humaine. Totem et tabou, Psychopathologie de la vie quotidienne, L’avenir d’une illusion… Freud comparait souvent son travail à l’archéologie tant il s’agissait pour lui d’explorer, strate par strate, les profondeurs de l’inconscient. Dalida, elle, fut l’interprète de centaines de chansons écrites par d’autres, dont la plupart se sont inscrites dans le champ de la variété, sans aucune velléité intellectuelle. « Peut-on interpréter Bambino et se passionner pour la philosophie ? », lui demanda un beau jour Philippe Bouvard. « On peut être une chanteuse populaire et avoir envie de lire quelque chose de plus grave », lui répondit Dalida »

joseph-agostini-300x300

Joseph AGOSTINI

Joseph Agostini est psychanalyste et dramaturge. Il exerce à la Salpêtrière en qualité de co‑thérapeute dans un psychodrame analytique individuel au sein du service de psychiatrie infanto‑juvénile du Pr Cohen et dans le cadre d’un cabinet privé. Ses pièces de théâtre sont
régulièrement jouées à Paris et en Avignon. Deux d’entre elles ont été publiées chez Alna Éditeur : Barbarie Land et Œdipe à la folie.
Dans Dalida sur le divan, il retrace la carrière et la vie de l’artiste à la lumière de
la psychanalyse.

webdesigner freelance