A l’occasion de son deuxième roman, « La Bonne Distance », lettres à un prix Goncourt, Eve nous parle :

Comment vous est venue l’idée de ce roman ?

La naissance de l’idée est assez autobiographique . J’avais entrepris d’écrire à un écrivain que j’admire énormément et je n’y arrivais pas. Platitude, révérence excessive, difficulté à dire… la lettre n’est jamais partie mais elle s’est transformée en roman. A partir du moment où j’ai décidé qu’il s’agissait de fiction, la lettre est devenue très facile à écrire, et beaucoup d’autres ont suivi.

Pourquoi avoir choisi la forme du roman épistolaire alors qu’on écrit de moins en moins ?

L’idée est venue d’une lettre impossible donc le choix s’imposait. Mais c’est surtout parce que c’est sous la personne du « je » que j’écris le plus facilement, les mots me viennent tout seuls, même si c’est un « je » fictionnel, même si ce « je » est un homme comme dans le roman que je suis en train de terminer, même si ce « je » est très éloigné de moi.

Quel est cet auteur auquel la narratrice s’adresse ? C’est un auteur imaginaire?

Non, il s’agit d’un auteur bien réel mais dont le nom n’est dévoilé qu’à la moitié du livre, je n’en dirai donc pas plus afin de préserver le suspense !

Le suspense semble important dans vos écrits ?

Oui, très, même si je n’écris pas de romans policiers ! J’aime tenir, ou du moins tenter de tenir, le lecteur en haleine, lui donner envie de lire la suite. C’est une certaine forme de politesse : je détesterais ennuyer ! Alors j’essaie de distiller un léger suspense, de susciter des étonnements, des questions qui seront résolues plus tard. David Lodge, grand romancier anglais, dit que « Les romans sont des récits et ceux-ci ne tiennent en éveil le public qu’en l’amenant à se poser des questions et en différant les réponses qu’ils y apportent. » Je partage absolument ce point de vue !

Et que veut dire le titre, La Bonne distance ?

Il s’agit de la distance qui permet d’établir une vraie relation. Trop près ou trop fort, la relation est biaisée, souvent douloureuse ; trop loin elle est inexistante.

CouvLaBonneDistance

 Pour découvrir La Bonne Distance, il faut cliquer ici!

Laisser un commentaire