Le livre qui ouvre la collection
NOIR – Quêtes et enquêtes
dirigée par Pierre Michel Granville

Le Diplôme d'assassin
Le Diplôme d’assassin
(Un flic en soutane – Saison 1)

En librairie le 25 octobre 2016
184 pages – Format 14X21 – Broché
Prix : 15,90€
ISBN : 978-2-37114-043-1

(livraison gratuite)

Nous avons décidé de doubler les droits d’auteurs pour tout achat dans notre boutique, nos marges bénéficiaires étant plus importantes lorsque vous achetez un ouvrage dans notre librairie en ligne.
Merci pour eux et pour nous.

Vos achats sont réalisés grâce à Paypal, mais vous n’êtes pas obligés de vous identifier pour acheter dans notre boutique sécurisée.

Résumé

   Dans les années soixante, le père Jean se situe aux antipodes de la plupart des curés : il croit profondément en Dieu, mais nourrit une solide aversion pour les religions. Et pourtant, il ne défroque pas et continue à enseigner les lettres à Saint-Sigismond. Un crime commis dans son collège le désigne comme suspect numéro un, mais un véritable coup de foudre amical le lie à Marcel, le commissaire
qui l’interroge, et transforme son destin. Il devient un justicier atypique et efficace qui règle ses comptes avec le vice et la tartufferie

La presse en parle

Voilà un « polar » qui sort de l’ordinaire !!! Truculent et jubilatoire, servi par une écriture littéraire sans être pompeuse, « Le diplôme d’assassin » est un vrai petit bonheur ! Bernard-Marie Garreau a particulièrement réussi ses personnages, tous attachants (du moins les gentils !) et égratigne au passage la moralité de certains hommes d’église coupables d’actes plus que répréhensibles sur les enfants qui leur sont confiés. Premier titre de la série « un flic en soutane » (le second devrait sortir l’an prochain), il est évident que ce premier opus en appelle d’autres ! On en redemande, en tout cas !!!
À vos marques… Tapage

La République du centre :

Le Diplôme d’assassin devrait ravir tous les publics, de l’amoureux de San-Antonio à l’amateur d’œuvres plus classiques.
Lire la suite

Le Journal de Gien

Une enquête policière haletante donc, mais aussi une histoire d’amitiés entre des personnages pétris de contradictions.
Lire la suite (au format PDF)

Les rendez-vous prévus

Samedi 5 novembre 2016 à partir de 15h00
Au fil des mots : 14 rue du Maréchal offre – 45500 Gien

Dimanche 13 novembre 2016 à 16h30
Salon des éditeurs indépendants
Espace des Blancs manteaux, 48 rue Vieille du Temple, 75004 Paris
Table ronde autours du thème : « Le polar, espace de contraintes et de liberté »
Nous vous accueillerons aussi sur notre stand.

Samedi 26 novembre 2016 à partir de 10h00
Maison de la Presse : 5, rue du Prieuré 18700 Aubigny-sur-Nère

Samedi 3 décembre à partir de 15h00
Librairie La Poterne : 41, rue Moyenne 18000 BOURGES

Décembre
Librairie de Bourges, Orléans

Samedi 14 et dimanche 15 décembre
Salon de Nemours

 

 

 

 

Extrait

Sarveilles, mardi 11 avril 1967

Moi qui trouvais qu’il n’arrivait jamais rien dans ce foutu bahut ! Branle-bas de combat dès l’aube ! Saint-Sigismond, rebaptisé Sainte-Nitouche par mes soins, est en émoi : Forgerit a été trouvé égorgé, étendu sur le dos dans sa chambre. Il paraît qu’il était complètement à poil. Nu comme le goret qu’il était ! Ça me donne des haut-le-cœur !
Il n’avait que deux heures de cours d’allemand, de trois à cinq, hier après-midi. Ne le voyant pas arriver, les élèves sont allés prévenir le sous-directeur, qui les a mis en permanence après en avoir envoyé deux en délégation dans sa chambre. En vain. Le soir, toujours pas de Forgerit au sacro-saint dîner que ce gros dégueulasse n’aurait manqué pour rien au monde, tant il s’y bâfrait ! Le Père économe, son voisin de chambre, va frapper à sa porte. Pas de Forgerit ! À cinq heures du matin, ce même Père Marie se lève comme d’habitude pour aller à son bureau, car il travaille toujours tôt le matin. Voyant de la lumière sous la porte de l’immonde, il pense que Forgerit est revenu dans la nuit. Il frappe délicatement. Toujours rien ! Au bout de cinq minutes, il ouvre la porte, qui n’avait pas été fermée à clef. C’est donc lui le premier qui découvre la scène.
En dehors des chiffres et des bilans qu’il manie avec gourmandise, le Père Marie ne semble pas connaître grand-chose de l’existence. Petit, recroquevillé, complexé, il parcourt les couloirs en rasant les murs. Une sorte d’autiste dont le trajet quadrangulaire emprunté quotidiennement – chambre, bureau, réfectoire, chapelle – n’a jamais connu d’autres étapes, jamais rêvé le moindre écart. Comme c’est à mon avis plus fréquent qu’on ne le croit, son entrée dans les ordres n’a sans doute pas été l’aboutissement d’une vraie vocation, mais une sorte de refuge providentiel.

Bernard-Marie GARREAU

Bernard-Marie Garreau est universitaire et
écrivain. Il a publié des essais, notamment une biographie de Marguerite Audoux couronnée par le Prix de l’Essai de la Société des Gens de lettres, ainsi que des romans et des nouvelles. Avec les enquêtes du Père Jean, il inaugure une série policière où son humour, son goût pour l’écriture et son sens du récit trouvent leur plein épanouissement.

webdesigner freelance