Capitou de Domício PROENÇA Filho - éditions Envolume
En librairie en mars 2017

Format 14X21 – Broché – Couverture à rabats
264 pages – 18,90 €
ISBN : 978-2-37114-051-6
CLIL : Romans étrangers – 3444
Traduit du portugais (brésilien) par Anne-Marie Quint

(livraison gratuite)

Nous avons décidé de doubler les droits d’auteurs pour tout achat dans notre boutique, nos marges bénéficiaires étant plus importantes lorsque vous achetez un ouvrage dans notre librairie en ligne.
Merci pour eux et pour nous.

Résumé

Dans cet étonnant récit d’outre-tombe, Capitou, accusée de dissimulation et d’adultère par son mari, nous confie enfin sa propre version des faits : « Il a trop duré le temps où j’ai été jugée sans aucun droit de défense ! ». Femme contrainte au mutisme depuis plus d’un siècle, ce personnage mythique de Machado de Assis, remis en lumière grâce au talent romanesque de Domicio Proença Filho, peut enfin répondre à un réquisitoire accablant. Ce roman fait ainsi résonner une voix audacieuse, nouvelle, aux timbres à la fois classiques et contemporains, ouvrant la voie à tant de personnages féminins murées jusqu’à nos jours dans le silence de nos préjugés.

Un peu de patience, la presse en parle bientôt… En attendant

Le Figaro

Page Wikipédia (en Portugais)

Lire Machado de Assis aujourd’hui,
à la Maison de l’Amérique latine le 16 mars 2015 – 18h30-19h30

Table ronde avec Domicio Proença Filho, Academia Brasileira de Letras (ABL) ; Anne-Marie Métailié, Éditions Métailié ; Saulo Neiva, Université Blaise-Pascal (Clermont II) et João Cezar de Castro Rocha, Universidade do Estado do Rio de Janeiro, Itaú Cultural.
Modérateur : Guiomar de Grammont, commissaire-générale de l’hommage au Brésil au Salon du Livre

Extrait :

Ce n’est que maintenant, quand un temps humain si long s’est déjà écoulé, que je peux enfin contester les accusations portées contre moi par mon ex-mari, Me Bento Santiago. Et je le fais parce que, dans ces contrées où je demeure désormais, j’ai appris, grâce à mon frère Bras Cubas, l’art du récit d’outre-tombe. Nous nous sommes liés d’amitié, lui, moi et monsieur Quincas Borba, le philosophe, un homme extraordinaire, pas aussi fou que certains le pensent et l’ont écrit. Finalement, nous sommes des créatures du même homme, face à qui, je l’avoue, je me sens partagée, peut-être sous l’effet de l’ambiguïté de son texte : je l’admire, certes, et en même temps, une part de moi le rejette. C’est lui le grand responsable de tout ce qui m’est arrivé. Je lui dois mes tristesses, mes joies ; je lui dois la renommée que, toute modestie mise à part, j’ai fini par obtenir. Mais c’est à lui aussi que revient la construction de l’image négative que l’on m’a attribuée. À lui et, à vrai dire, à quelques critiques réputés qui se sont penchés sur mon histoire ; certains d’entre eux m’ont tenue pour frivole, d’autres, heureusement, n’ont jamais cru sur parole le fils de dona Gloria. Au bout du compte, je leur en sais gré du fond du cœur.

Domício PROENÇA Filho - éditions Envolume

Domício PROENÇA Filho

Né à Rio de Janeiro en 1936, Domício PROENÇA Filho a publié une soixantaine d’ouvrages de fiction, de poésie et d’essais. Professeur émérite de littérature de l’Universidade Federal Fluminense, à Rio de Janeiro, Domicio Proença Filho est également l’actuel président de l’Académie Brésilienne des Lettres.