Dans Olé, roman policier, Hughes Bernard nous emmène à Nîmes où une série de meurtres étranges, avec comme trame de fond la feria, devra être élucidé. L’auteur nous explique d’ailleurs dans une interview son intention de mettre en lumière la cause animale à travers la question de la corrida.

Tradition datant du début du 18e siècle et pratiquée dans la péninsule ibérique et certains pays d’Amérique latine, la corrida fait débat.
Plusieurs reproches sont formulés à l’encontre de cette tradition. Le premier porte sur les souffrances infligées à l’animal. Des études ont d’ailleurs été réalisées afin de mesurer le degré de souffrance de celui-ci .
Une critique plus ancienne porte sur la mise en danger cette fois du torero affrontant l’animal seul et sans protections. Ainsi beaucoup ont trouvé la mort en pratiquant la tauromachie.

Des initiatives existent au niveau politique. On retrouve chez les principaux acteurs demandant la suppression de cette pratique, des associations de défense animale telles que le CRAC  ou le COLBAC.

Concernant les actions menées, on trouve également des députés écologistes étant à l’origine d’une proposition de loi visant à interdire la pratique en septembre 2013  ainsi qu’une pétition déjà signée par de nombreuses personnalités.

Débat controversé que celui de la corrida, lui aussi étant un affrontement, mais cette fois sans taureau.

Laisser un commentaire