Survi de Pierre Nabhan

En librairie en mai 2020
208 pages – Format 15X15 – Broché – couverture à rabats
Prix : 17,50 €
ISBN : 978-2-37114-08-06

Collection Haïkus dirigée par Igor Quézel-Perron

En commande sur notre site
Livraison en mai

Livraison gratuite partout dans le monde
par La Poste

Vos achats sont réalisés grâce à Paypal, mais vous n’êtes pas obligés de vous identifier pour acheter dans notre boutique sécurisée.

Si vous souhaitez trouver une librairie qui possède le livre :

https://www.placedeslibraires.fr/listeliv.php?base=allbooks&mots_recherche=survi
Disponible, en stock dans 19 librairies et disponible sous 2 à 7 jours dans un très grand nombre.

https://www.parislibrairies.fr/listeliv.php?base=allbooks&mots_recherche=anorexie+10+ans+de+chaos
19 librairies l’ont à Paris, après il faut chercher par ville.

https://www.leslibraires.fr/offres/16716800
14 librairies l’ont sur les étagères et 140 peuvent vous l’envoyer

https://www.librairiesindependantes.com/product/9782371140806/
Disponible, en stock dans 29 librairies et beaucoup d’autres peuvent l’avoir sur commande

https://www.librest.com/livres/survi-pierre-nabhan_0-6730667_9782371140806.html?ctx=89e3cebc2869f8d56feecbdd88ff9ad9
Il est disponible et vous est livré entre 3 et 6 jours

https://www.libraires-ensemble.com/offres/17237753
3 librairies le vendent et 17 d’entre elles peuvent vous l’expédier sous 4 à 7 jours.

https://www.lalibrairie.com/livres/survi_0-6730667_9782371140806.html?ctx=89e3cebc2869f8d56feecbdd88ff9ad9
Expédié sous 6 à 10 jours

fnac.com

Dans Virus il y a Survi(e)

– Un thème d’actualité qui interroge notre humanité, notre société, nos relations humaines, nos valeurs…
– Des haïkus inspirés de nombreux témoignages de l’actualité française et internationale, d’études publiques et du vécu de l’auteur et de ses proches
– Des haïkus qui croisent le plus de regard et de tonalités possibles (les jeunes, les retraités, les célibataires, les couples ; de manière drôle, dérisoire, ironique, dramatique, politique, spirituelle, romantique…)
– Des lignes ciselées par un auteur dont le métier est l’écriture créative depuis plus de15 ans
– Un bel objet à laisser sur une table, avec une mise en page très sobre et une couverture à rabats

Résumé

Dans virus il y a survi(e)
Mais comment survit-on à une pandémie ?
On s’y prépare, on l’affronte, on l’ignore, on en rit, on sombre dans la violence, la folie…
Chacun à sa manière.
SURVI est un recueil de témoignages sous forme de haïkus, sur la pandémie du Covid-19.
Des témoignages imagés qui interrogent l’homme et son rapport à l’autre, l’homme et son histoire

Extraits de Survi

ALERTES

Marché en Chine
Je ne retiens pas son nom
Un mal inconnu

Quelques inquiets
Débattent en langue étrangère
Transmission à l’homme

PREMIÈRES MESURES

L’école
Pour s’en protéger
On la ferme

News
La vodka tue le Covid-19
Fake-news

CONFINEMENT

Sur le papier
J’écris ma plus belle prose
Attestation de sortie

« No masque, No gel »
Affiche la pharmacie
Crème solaire en prom

LIBERTÉ CONDITIONNELLE

Sous les cerisiers
On se balade amoureux
Gant dans le gant

Le nouveau monde
On y marche pour la première fois
Il n’a pas changé

Lire un extrait de 35 pages au format PDF

Clips vidéo SURVI

La presse en parle

Interview par Widoobiz

Pourquoi SURVI, qu’est-ce qui a motivé l’écriture de ce recueil ?

Au-delà de l’anagramme de Virus, ce qui m’a tout de suite marqué dès le début de la crise sanitaire c’était que personne ne vivait la même chose au même moment. Plus la crise prenait de l’ampleur plus il m’a semblé important de garder le présent de chacun, la mémoire. J’ai naturellement ressenti l’importance de mettre sur papier des états d’âme, des regards. Tout allait très vite et avant d’oublier le présent ou de se hâter dans les synthèses j’ai voulu sauvegarder comme je le pouvais.

Comment avez-vous récolté toutes ces paroles ? De quelle manière avez-vous travaillé ?

Ça s’est naturellement fait. Avec ma famille aux US, au Canada, en Inde et dans le sud de la France. Des amis aux Japon, en Chine, au Brésil, en Israël. Des rencontres et échanges répétés, notamment avec un urgentiste qui habite dans mon immeuble. Des amis célibataires, en famille. J’ai rapidement commencé à noter nos échanges. J’ai également fait un travail de recherche documentaire, notamment vidéo, pour vraiment entendre la voix de médecins, de malades, de professionnels. J’ai fait l’éponge de la meilleure manière que je pouvais. À partir de ces témoignages, j’ai commencé à travailler l’écriture, à partir d’un mot clé, d’une expression, d’une image. L’idée est de conserver le caractère saisissant, présent.

Et pourquoi les haïkus ?

Les haïkus sont une forme d’écriture poétique japonaise. C’est très codifié, trois lignes, dix-sept syllabes, une à deux images, une évocation de saison. J’ai appris le japonais et découvert sa culture dès mes huit ans. Et je me suis très vite mis à écrire des haïkus en m’affranchissant de plusieurs de ses règles, j’ai une approche contemporaine, comme beaucoup de haïkistes aujourd’hui. Ce que j’apprécie avec cette forme c’est sa capacité à saisir l’instant de manière visuelle et avec un décalage. C’est extrêmement accrocheur quand c’est dans le vrai et en même temps c’est très créatif. J’y retrouve beaucoup de similitudes avec ce que je fais depuis vingt-ans pour les marques. Une écriture courte qui marque.

Quel lien de SURVI avec votre métier ?

Je crée et recrée des marques avec les mots depuis presque vingt ans. Je suis passé par la pub, le branding et design avant de créer JOOSNABHAN avec mon associé Valentin Joos. On résout des problèmes de marque, avec les mots. De la stratégie, à la création de noms et le langage. C’est un métier qui passe d’abord par l’écoute, puis la transformation avec une idée centrale et son expression avec des mots. Il faut souvent savoir dire beaucoup en peu de mot. Il faut toucher à la vérité et la communiquer avec des mots qui allument une lumière dans la tête. Comme les haïkus.

Quels sont les haïkus de SURVI qui vous tiennent le plus à coeur ?

Je suis particulièrement troublé et touché par ceux qui sont en lien avec la solitude et ses impasses, notamment psychologiques. Je trouve qu’on ne parle pas assez de l’impact psychologique de ce qu’on vient de vivre, et qu’on continue à vivre. Quel que soit l’âge, le pays, la condition sociale.

Ça frappe fort
Personne devant la porte
C’est dans ma tête

Notre grand jeu
Avec mon chien
On joue à chat

Derrière la vitre
On se salue
Avec mon reflet

Il y a aussi les manifestations de courage et de responsabilité qui m’ont intéressées. Tout autant que le manque de courage.

Vêtus de blanc
Les soldats résistent
Caducée levé

À grande vitesse
Il fuit
Le train fantôme

En boucle
Les experts prennent le micro
Ils hésitent un peu

Et d’autres thèmes tels que la politique et ses travers sécuritaires, sous couvert de mesures sanitaires :

Les frontières se ferment
Elles regardent d’un mauvais œil
Leurs voisins

Restez chez vous
Allez voter
La politique de l’autruche

Onze mai
Onze mais
Déconfinement

Est-ce que vous avez prévu de continuer à développer ce projet au-delà de l’écriture ?

J’ai créé un compte Instagram pour l’occasion @Pierre_Nabhan sur lequel je transforme les haïkus en clip visuels courts. J’y partage aussi les brouillons avec un traité graphique.
Un autre de mes recueils de haïkus sortira en Janvier, il était initialement prévu pour Mai. La réalité l’a rattrapé.

SURVI recueil de témoignages sur la pandémie, sous forme de haïkus, aux éditions Envolume. Disponible en librairie, sur les plateformes en ligne et sur le site de l’éditeur


Au sujet des précédents receuils de notre collection Haïkus

Ouest France

La chronique du blog d’Yv

La chronique de Casscroutondeslectures

Claude Vercey de la revue Décharge

La revue de poésie Traction-brabant

Critique dans la revue Terre à ciel

Des critiques sur Babelio, Les lectures d’Emy, Poésiechroniquetamalle, Happy Word, Terre à ciel,

Sur Bookalicious
https://www.instagram.com/iqpoiesies/
https://www.instagram.com/editions_envolume/

Avec ses haïkus appliqués au monde du travail, le chasseur de têtes Igor Quézel-Perron condense en quelques mots les menus instants de la vie quotidienne du cadre. Les Echos

Sur France Inter le 13 décembre 2019 dans l’émission Grand bien vous fasse

Une performance : c’est bien dans cette dimension, et par ce terme devenu familier dans le monde de l’art, qu’il faut présenter l’action poétique menée pendant un an par Igor Quézel-Perron Décharge

Alors que le traditionnel poème japonais célèbre la nature, lui choisit l’entreprise et l’univers des affaires comme sources d’inspiration Management

La lettre de Haïkouest (au format PDF) sur le recueil.


Pierre NABHAN éditions ENVOLUME

Pierre Nabhan

Pierre aime les images. Celles qu’on a dans la tête. Celles qu’on invente et qui se racontent avec des mots. Celles qui font gravir des montagnes et franchir la ligne d’arrivée. Pierre est cofondateur de l’agence de branding et word design JoosNabhan, il est également enseignant à SciencesPo Paris.

Dans Virus il y a Survi(e)
Tribune de Pierre Nabhan
Dans Virus il y a Survi(e). Survie de qui, de quoi, comment, pourquoi ?
Alors que les premières mesures contre la pandémie du Covid-19 en France se préparaient, Pierre Nabhan, cofondateur de l’agence JoosNabhan, a commencé à poser ces questions. Depuis, il recueille les paroles de familles, médecins, journalistes, retraités, entrepreneurs, français, américains, indiens… Des paroles qui sont autant de témoignages attestant que personne n’a vécu et ne vit cette pandémie de la même manière.
Ces témoignages, il en fait un recueil sous forme de haïkus, poèmes visuels courts, photographies de l’instant, d’origine japonaise. Édité aux Editions Envolume, SURVI paraitra début Juin 2020. Ni analyse, ni regard exhaustif, SURVI veut participer à la mémoire du temps présent. Une mémoire qui doit survivre et qu’il est cruciale d’écrire avant d’aller trop vite dans ce « monde d’après ». Une mémoire qui doit être interrogée de manière collective.
Suivant la chronologie de la pandémie, SURVI aborde de nombreux thèmes avec autant de tonalités qu’il y a de témoignages (de l’humour, au lyrisme, à la peur ou la résignation…).
Parmi ces thèmes, il y a le courage ou l’absence de courage qui se révèlent toujours différemment chez chacun, d’autant plus dans ces moments qui interrogent notre rapport à l’incertitude :

Vêtus de blanc
Les soldats résistent
Caducée levé

À grande vitesse
Il fuit
Le train fantôme

En boucle
Les experts prennent le micro
Ils hésitent un peu

L’information, toujours malmenée. Que ce soit pour l’étouffer, la manipuler ou en propager une fausse. Phénomène qui se répète notamment en situation de crise :

À Wuhan, on l’étouffe
La nouvelle épidémie
Étouffe

La contagion migre
Il faut un bouc émissaire
Les réfugiés

Ligne de coke
Le virus y résiste
Source OMS

La vie des couples. Notamment avec la hausse faramineuse des violences conjugales. Plusieurs des haïkus de SURVI sont ainsi déjà repris par des sexologues pour parler des enjeux du couple :

Ils attendront
Pour nous séparer
Papiers du divorce

Ces yeux bleus
Ont un air battu
Violences conjugales

Jeux X
Ma femme s’habille en moi
Je me trouve sexy

Le « télétravail » cette nouvelle norme, avec ses innovations, ses surprises et conséquences :

Sur les pancartes
Let Me Work !
Manifs aux US

Hygiène de vie
Le bon télétravailleur
Soigne son planning

Elles ont la santé
Les machines
Toujours au boulot

La politique et ses travers sécuritaires, sous couvert de mesures sanitaires :

Les frontières se ferment
Elles regardent d’un mauvais oeil
Leurs voisins

Restez chez vous
Allez voter
La politique de l’autruche

Onze mai
Onze mais
Déconfinement

La solitude et la folie. Thèmes sensibles qui restent encore particulièrement tabous :

Ça frappe fort
Personne devant la porte
C’est dans ma tête

Notre grand jeu
Avec mon chien
On joue à chat

Derrière la vitre
On se salue
Avec mon reflet

Et plus largement la médecine et le rapport à la vie et à la mort :

Sous son masque
Le médecin marmonne
L’heure de la sieste

Le masque étouffe
Ce n’est qu’un mauvais rêve
Qui continue

Sous l’eau
Tube dans la trachée
Je touche le fond

Ils prennent le large
Nos grands explorateurs
Navires EHPAD

Quelques thèmes parmi de nombreux autres. SURVI fait notamment l’objet de publications sur Instagram sur le making of des écrits ou avec des haïkus vidéos. Visibles entre autres sur le compte @Pierre_Nabhan Plusieurs des haïkus de SURVI sont déjà repris par des artistes ou médecins pour sensibiliser le grand public à ce que nous avons tous vécu et ce que nous continuons à vivre, chacun différemment.